le site est en beta test pour les pigistes et redaction
Pascal Pellerin
Journaliste pigiste
Malakoff (92240)
Déposé le 11/12/2013 à 13h00
Synopsis n° 181
 Support : Presse
 Durée : 2 Heures
 Quantité : 1972 caractères
« Quel TCSP pour les agglomérations de taille moyenne ? »
Le transport en commun en site propre (TCSP) procure aux transports publics un avantage comparatif significatif par rapport à la voiture individuelle. En premier lieu, il leur permet de s’affranchir de la congestion occasionnée par la circulation automobile et de leur assurer une vitesse commerciale supérieure à la voiture. Le lancement d’un TCSP est le premier des choix politiques opérés par les élus locaux soucieux de développer l’offre de transports publics sur leur territoire. Mais il en est d’autres auxquels ceux-ci seront rapidement confrontés. La question du choix modal est probablement celle qui fait le plus débat et soulève le plus de questions parmi nos concitoyens. Tramway ou bus à haut niveau service (BHNS) ? Les promoteurs du tramway vantent le renouvellement urbain qu’il génère ; ceux du bus soulignent les économies réalisées par la collectivité. Les détracteurs du tram vitupèrent son coût élevé ; ceux du bus, le fait qu’il s’agit souvent d’un choix par défaut… Entre ces présentations un peu caricaturales, mais que l’on entend parfois dans les réunions de concertation avec les habitants et même au sein des assemblées délibérantes, le choix n’est pas toujours facile. Dans les années 1990, ce débat a traversé les grandes agglomérations. Il atteint aujourd’hui les villes moyennes, elles aussi touchées par la congestion des centres urbains et par la nécessité de réduire l’empreinte environnementale des déplacements en développant les réseaux de transports collectifs. C’est tout l’objet de ce numéro des Cahiers que de faire le point sur ce débat, parfois polémique, mais dont la tenue fait indiscutablement progresser la cause des transports publics dans notre pays. Après tout, débattre de la pertinence du tramway ou du BHNS, c’est reconnaître l’intérêt d’un meilleur partage de la voirie et, partant, la nécessité de développer une autre façon de « faire la ville ».

Contacter l'auteur

Ajouter aux contacts