le site est en beta test pour les pigistes et redaction
Martin A
Etudiant
Reims (51100)
Déposé le 17/03/2013 à 18h16
Synopsis n° 120
 Support : Presse
 Catégories :  Politique , Société
 Durée : 3 Heures
 Quantité : 2500 caractères
« Lettre adressée au Président de la République »
Monsieur le président, Je vais être clair, simple et bref : je suis contre l’envoi d’armes aux opposants du régime syrien. Bachar El-Assad est certes un dictateur, mais est-ce cependant une raison pour soutenir l’opposition ? Voyez ce que cela a engendré pour la Libye de Kadhafi. Deux ans auparavant, votre prédécesseur fournissait en armes les opposants du colonel Kadhafi, les mêmes armes qui sont aujourd’hui utilisées contre nos soldats au Mali. La Libye de Kadhafi rendait difficile l’implantation des islamistes tant celui-ci leur était opposé. Aujourd’hui laissé à l’abandon, ce pays est gangrené par ces islamistes. Vous ne comprenez donc pas ? Nous ne pouvons et nous ne pourrons jamais imposer la Démocratie à un pays. Il a fallu des siècles à la France pour qu’elle devienne démocratique. Nous ne pouvons forcer la main à un pays qui n’est pas prêt. Nous avons essayé, nous avons échoué. Ce fut une erreur, il faut l’admettre et ne plus recommencer. Quel exemple seriez-vous en acceptant de livrer des armes à ces individus ? Quel exemple pour nous, jeunes de ce pays ? Serait-ce donc ainsi que vous représentez la nation des Droits de l’Homme et du Citoyen ? Une nation détentrice au même titre que les pays de l’Union européenne du prix Nobel de la paix ? Ne nous décevez pas, ne nous décevez plus. Vous avez été élu par le peuple, vous avez la responsabilité de représenter dignement nos valeurs. Ce que le gouvernement s’apprête à faire et contraire à ces mêmes valeurs. Les français veulent la paix et la prospérité pour notre pays, nous ne voulons pas alimenter les haines et armer aujourd’hui les ennemis de demain. Ces armes seraient tôt ou tard utilisées contre nos soldats. Le peuple français vous attend sur d’autres fronts que de cette guerre qui n’est pas la nôtre. Celui du chômage et de l’économie. Vous devriez d’ailleurs faire preuve d’un même zèle pour ces sujets qui concernent chacun d’entre nous. Monsieur le Président, il est encore temps d’arrêter ce massacre, trop d’hommes sont déjà tombés. Vous ne pouvez alimenter ces violences. Réviser sa décision ne serait pas honteux, bien au contraire. Le peuple syrien serait plus libre à vivre sous le régime d’El-Assad que sous un régime islamiste. Œuvrez aux côtés des autres pays pour réunifier cette nation. Elle risque de basculer vers un régime islamiste, perdre ses couleurs, sa culture, ses différences. Ne faites pas la même erreur que votre prédécesseur, réfléchissez et ne prenez pas de décisions que vous pourriez regretter.

Contacter l'auteur

Ajouter aux contacts