le site est en beta test pour les pigistes et redaction
Sylvia Guirand
Journaliste pigiste
Paris (75015)
Déposé le 26/02/2013 à 16h50
Synopsis n° 108
 Support : Photo
 Catégories :  Tourisme , Environnement
 Durée : 4 Jours
 Quantité : 5 feuillet(s)
« Les dernières héritières du Batik »
Tradition millénaire du peuple Hmong, au nord du Vietnam le batik est réalisé à partir de teinture et de résine d’indigo. Chaque modèle est unique et empreint de sacré. Trésor de minutie et de patience, son procédé de fabrication est extrêmement long et complexe. Les ouvrages en batik se vendent à prix d'or sur les marchés de Sa Pa. Pourtant dans les villages environnants, cette activité traditionnelle ne suscite guère plus de vocation. Ici les jeunes femmes aspirent à un idéal de vie différent. À Lao Chai, hameau de 2.500 âmes, les faiseuses de batik ne sont plus que quatre. Après la récolte, les feuilles d’indigo sont mises à tremper dans une grande bassine remplie d’eau pendant trois jours et trois nuits. Lorsque l’eau devient noire, on y mélange une petite quantité de poudre de chaux qu’on laisse agir une trentaine de minutes. L’eau prend alors la couleur d’un noir étincelant. Au bout de trois heures, la résine de la plante commence à s’accumuler au fond de la bassine, c’est à ce moment-là que l’on filtre l’eau. Le résine recueillie est mise à sécher et sera utilisée pour le tracé des motifs.

Contacter l'auteur

Ajouter aux contacts