le site est en beta test pour les pigistes et redaction
Sylvia Guirand
Journaliste pigiste
Paris (75015)
Déposé le 26/02/2013 à 16h46
Synopsis n° 107
 Support : Photo
 Catégories :  Economie , Tourisme
 Durée : 4 Jours
 Quantité : 5 feuillet(s)
« Chasseurs de perles »
Niché sur une petite île au cœur du Golfe de Thaïlande, il est un trésor que le Vietnam souhaite faire connaître. Tout juste lancée à la conquête du marché international du luxe, la perle de Phu Quoc concurrence les variétés les plus belles du monde. Sur l’île pourtant, la contrefaçon menace. Déjà bien installée dans l’industrie cosmétique et pharmaceutique, la perle de Phu Quoc fait son entrée sur le marché du luxe. Bien moins chères que les Akoya du Japon, les spécialistes considèrent qu’elles sont de qualité équivalente. Très appréciées des acheteurs nippons et sudcoréens, chaque année, plusieurs centaines de kilos de perles de Phu Quoc inondent le marché asiatique. À Phu Quoc, 75% de la production perlière est destinée à l’exportation. Ainsi, sur les stands et dans les échoppes du principal marché de nuit de l’île, à Duong Dong, on ne trouve presque plus que des perles importées de Chine et de Hong Kong, de qualité relativement douteuse. Délibérément ou non, quelques touristes peu regardants se laissent prendre à un petit jeu qui, certains le redoutent, pourrait coûter à la perle de Phu Quoc sa précieuse réputation.

Contacter l'auteur

Ajouter aux contacts