le site est en beta test pour les pigistes et redaction
Pascal Pellerin
Journaliste pigiste
Malakoff (92240)
Déposé le 11/12/2013 à 13h07
Synopsis n° 182
 Support : Presse
 Durée : 1 Heure
 Quantité : 1712 caractères
« « Il ne s’agit pas de dépenses somptuaires » »
Les Cahiers du GART : En matière de tram, Bordeaux a bénéficié des expériences des grandes villes qui l’ont précédée. A votre tour, quels conseils donnez-vous à celles qui veulent se lancer dans cette aventure ? Gérard Chausset : Chaque agglomération construit son projet en fonction de son histoire, de ses besoins et de son ambition en matière de mobilité. C’est une bonne chose que les villes moyennes se lancent dans des projets de tramway ou de BHNS. Cela traduit un changement culturel profond, d’autant que cela ne doit plus être l’apanage des grandes métropoles. Il ne s’agit pas de faire des dépenses somptuaires ou démesurées, mais il ne s’agit pas non plus de sous-dimensionner les investissements en transports collectifs. Un transport collectif moderne, fonctionnel, est à même d’attirer de nouveaux usagers vers l’ensemble des modes doux, mais également vers de nouveaux usages de l’automobile, comme l’autopartage ou le covoiturage. Les besoins de mobilité durable ne vont cesser de croître. Le renchérissement du coût des énergies fossiles, le besoin de vivre différemment et le vieillissement de la population vont façonner de nouvelles formes de mobilité dont on ne peut pleinement imaginer aujourd’hui les effets à l’horizon des deux prochaines décennies. N’oublions pas que l’on construit un tramway pour cinquante ans, sinon plus. Il est donc important de concevoir des réseaux où les emprises, les dépôts, les quais, les systèmes et les matériels roulants puissent évoluer au gré de l’augmentation de la demande. Mais si je ne devais prodiguer qu’un seul conseil, ce serait de dimensionner l’investissement à la fréquentation aux heures de pointe.

Contacter l'auteur

Ajouter aux contacts